Les ruelles [ou ces petits bijoux montréalais]

J'aime les ruelles. 

Dès que j'en ai l'occasion, j'y passe. 

Selon Wikipedia, une ruelle est un passage de desserte parallèle aux rues sur laquelle donne la cour arrière des maisons. Il s'agit d'un élément caractéristique de l'urbanisme montréalais des années 1890-1930. La ville compterait près de 450 km de ces chemins à découvrir.

Montreal-ruelle.jpg

Il y a une vie parallèle à la rue dans les ruelles: le jour, les bruits de vaisselle, un chat qui se prélasse au soleil, un bébé qui pleure, des enfants en vélo qui s'inventent un monde, les vêtements qui sèchent sur la corde à linge... Parfois, on peut entendre de drôles de conversations, entrevoir une scène de ménage, y faire des découvertes surprenantes... 

La nuit, dans la pénombre, à la lueur de bougies ou sous les lampadaires, le décor et l'ambiance changent. Ça se transforme en éclats de rire, en fêtes, en chats qui miaulent, en amoureux qui s'embrassent à l'abri des regards. Parfois, la nuit au centre-ville, on n'a pas envie de savoir ce qui s'y passe dans les ruelles. Le côté noir de l'humain s'y retrouve, comme s'il fallait un contraste aux rues hyper animées à deux pas. 

Il y a les ruelles vertes, d'autres qui ressemblent à une dompeà une jungle, à un match de hockey, au paradis...

450km de ruelles... Tout un monde à découvrir.

La face cachée de Montréal!

Et à Lyon, ma ville d'adoption, il y a les traboules... Je vous en parle très bientôt!